Chat with us, powered by LiveChat
  • BLACK FRIDAY SALE - 50% DE RÉDUCTION SUR TOUS LES PRODUITS
PRODUIT D'ORIGINE AUTORISÉ
EXPÉDITION DANS LES 24 HEURES
ASSISTANCE PAR CHAT, COURRIEL ET TÉLÉPHONE
LIGNE D'ASSISTANCE TÉLÉPHONIQUE GRATUITE +33 1 87650173
 

Situation juridique

"Un producteur de logiciels ne peut s'opposer à la revente de ses licences d'utilisation (...). Le droit exclusif de distribuer une (...) copie du programme est épuisé avec la première vente.

 

Situation juridique concernant le commerce des logiciels d'occasion

CJCE, arrêt du 3.7.2012, affaire C-128/11

Les producteurs de logiciels ne peuvent pas se défendre contre la revente de logiciels d'occasion. Le droit exclusif de distribuer la copie du programme est épuisé avec la première vente. Dans cet arrêt, la Cour déclare que le principe de l'épuisement du droit de distribution s'applique non seulement lorsque des copies de logiciels sont vendues sur des supports de données, mais aussi lorsqu'elles sont distribuées par téléchargement à partir du site web de la société.

Arrêt de la Chambre des marchés publics de Münster du 01.03.2016, affaire VK 1-2/16

L'exclusion des logiciels déjà utilisés des appels d'offres est contraire à la législation sur les marchés publics. Par cette déclaration, la chambre d'adjudication du gouvernement de Münster a précisé que les logiciels d'occasion ne peuvent plus être exclus des appels d'offres. L'engagement de Microsoft dans un nouveau logiciel viole le principe de neutralité dans le processus d'appel d'offres. Une telle restriction ne pouvait plus être objectivement justifiée. Les licences utilisées ne s'écartaient pas de l'original. Au contraire, ils ne peuvent être distingués de la version originale. Le VK Münster recommande aux acheteurs de logiciels d'occasion de faire certifier la désinstallation de la copie. Cela pourrait être convenu dans le contrat par un accord dit d'exemption. Un marquage supplémentaire de la chaîne des droits n'est pas nécessaire et ne peut être réclamé.

Arrêt de la Cour fédérale de justice du 17.7.2013, affaire n° I ZR 129/08

Dans sa décision de 2013, le BGH a confirmé que le commerce des licences de logiciels d'occasion est légal. Environ un an après la Cour de justice européenne, le BGH s'est également penché sur la situation juridique du commerce des licences de logiciels d'occasion. Elle a confirmé la décision de la CJCE dans son intégralité.

Cour fédérale de justice, arrêt du 11.12.2014, affaire I ZR 8/13

La Cour fédérale de justice a jugé que l'arrêt de la CJCE est également pertinent pour les accords de licence de volume et leur fractionnement. Par cette décision, le BGH a rejeté l'appel d'Adobe dans son intégralité. Par conséquent, il est désormais applicable que les licences de logiciels provenant de contrats en volume peuvent être vendues individuellement. L'achat de licences individuelles d'occasion à partir de licences en volume est donc juridiquement sûr et ne présente aucun risque pour les acheteurs de logiciels d'occasion.

Wiresoft Ltd. & Co KG est un partenaire fiable pour l'achat et la vente de licences en volume d'occasion. Nous ne proposons que des produits originaux et faisons vérifier leur chaîne d'approvisionnement par des sociétés d'audit. Il en va de même pour l'inutilité des licences avec les propriétaires précédents. Avec l'achat, vous recevrez tous les documents nécessaires à l'utilisation conforme à la loi des logiciels utilisés !

OLG, arrêt d'août 2016, Az. 406 HKO 148/16

Le tribunal régional supérieur de Hambourg a décidé qu'aucune divulgation de la chaîne des droits ne peut être exigée. Avec cette décision, la Cour régionale supérieure empêche de déclarer que la divulgation de la chaîne des droits, c'est-à-dire du propriétaire précédent d'une licence, est nécessaire pour le commerce de logiciels d'occasion.

Dernière visite